[Atelier cinéma] Analyse du film « Mon oncle » de Jacques Tati (partie 2)

Comme évoqué dans un précédent article, nous reprenons le cours de notre travail concernant le film « Mon oncle » de Jacques Tati.

Ci-dessous, les extraits travaillés aujourd’hui en classe avec le compte-rendu des échanges riches et de qualité 😉

Mehdi: Le garçon, il s’occupe de lui même et sa maman, elle s’occupe de faire visiter la maison à son invité. La maison, elle fait vide parce qu’il n’y a pas de décorations. Tout est espacé.

Aurélien: L’escalier, il est vide aussi. On a l’impression qu’à tout moment on peut tomber.

Rémy: Le canapé, il est bizarre. On dirait deux rouleaux en plastique. On dirait un laminoir pour écraser les pâtes. Le canapé n’est pas confortable parce qu’on a l’impression de tomber aussi dans un trou.

Melih: La dame quand elle s’assoie, elle est choquée parce qu’elle s’attendait pas à un canapé comme ça. Pas confortable.

Aurélien: La cuisine, elle me fait penser à un robot.

Lilian: Moi, plus à une banque avec un coffre fort où il faut appuyer sur des boutons.

Melih: On dirait qu’elle fait un code pour la carte bleue.

Aurélien: On dirait qu’elle conduit une machine.

Mehdi: On dirait qu’elle désinfecte le steack avec un pistolet.

Aurélien: Le petit garçon, il s’ennuie.

Melih: Il est triste. Il veut une vie avec des choses normales.

Vianney: Il veut de la liberté.

Mehdi: Il n’est pas libre car il faut que tout soit propre dans sa maison.

Aurélien: Il aimerait mieux être avec ses copains dehors à faire des bêtises plutôt que de rester seul à la maison avec son petit ballon.

Melih: Avec un ballon, on peut jouer avec des copains. On peut faire aussi du vélo ou de la trottinette.

Aurélien: Jouer au ballon seul, c’est possible mais c’est ennuyant.

Valentin: On dirait que c’est la même voiture qu’au début mais pas de la même couleur.

Sarah: C’est bizarre parce que le garage s’ouvre tout seul.

Mehdi: C’est à cause d’un rayon lumineux qui localise les mouvements mais c’est bête parce qu’ils se retrouvent coincés dans le garage sans solution de secours.

Melih: Ils gaspillent leur argent avec des choses qui servent à rien comme le garage électrique qui se coince pour un rien.

Rémy: Les fenêtres électriques aussi ça sert à rien.

Lilian: Le garage, il ne s’ouvre que de l’extérieur et ils se retrouvent bloqués. La maison est bourrée de boutons avec plein de technologies qui servent à rien et la femme de ménage, Georgette, ne s’en sort pas.

Aurélien: Elle met en route la fontaine poisson, puis elle ouvre les fenêtres alors qu’ils sont coincés dans le garage.

Mehdi: Avant, ils avaient une voiture qui marchait très bien et ils ont acheté une nouvelle voiture pour rien. Ils gaspillent et achètent juste pour la beauté.

Lilian: Ca arrive souvent dans les familles riches. Comme ils ont beaucoup d’argent, ils le dépensent dans des choses inutiles et gaspillent beaucoup.

Melih: Ils se font des cadeaux inutiles.

La classe Mandela 2

Ce contenu a été publié dans Les classes et ateliers, Mandela2. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.