[ Débat ] Les trois tamis de Socrate

La classe Dinamo 2 a fait un débat à partir du texte « Les trois tamis de Socrate ». Aujourd’hui, les élèves de la classe Dinamo 1 ont lu ce texte. Voici nos échanges.

Mme Dixon : « Socrate propose de réfléchir avant de parler à quelqu’un. On dit aussi « peser ses mots ». Parfois, on veut dire quelque chose à quelqu’un mais on n’y arrive pas. Pourquoi ? »

Aysegul : « Parce qu’on n’a pas les mots. » 

Dylan : « Parce qu’on est timide. Les mots sont prêts dans la tête mais le corps ne suit pas. »

Aysegul : « Parfois, on a tout prévu dans sa tête mais quand il faut parler soit il n’y a plus rien soit ce sont d’autres mots qui sortent. Par exemple, quand tu veux dévoiler tes sentiments, c’est dur d’en parler. »

Alexandra : « Les amis, ça peut être compliqué de leur parler au début. »

Dylan : « Pour moi, c’est simple. »

Steven : « Tu dis : – Bonjour, ça va ? Et c’est ton ami. »

Alexandra : « C’est compliqué au début parce qu’on ne le connait pas, on ne connait pas son histoire. »

Steven : « On ne sait pas s’il va nous apporter des ennuis. »

Dylan : « Moi, j’ai été poignardé dans le dos et pas qu’une fois. »

Elysa : « Parfois, quand tu as des amis, tu ne sais pas toujours leur expliquer ce qui se passe dans ta vie. Ils peuvent aussi poser un jugement sur toi. »

Mme Dixon : « Comment fait-on pour être compris ? Sans trop en dire. »

Dylan : « Mais sans trop rien dire non plus. »

Alexandra : « Mais les autres, ils te comprennent parfois, ton handicap, comme tu es, qui tu es. »

Alexandra et Elysa : « La façon qu’on a de voir les autres, cela dépend aussi de notre état à nous. »

Elysa : « Quand tu n’as pas d’empathie pour les autres, c’est difficile de se mettre à leur place. »

Ce contenu a été publié dans actualités, DINAMO1. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.